Infertilité masculine: la faute de la pollution de l’

Jusqu’à présent, il a toujours soupçonné que la pollution des rivières et des mers pourrait conduire à des problèmes sexuels chez les hommes. En particulier, vous pouvez imaginer comment les produits chimiques qui chaque jour nous répandre dans les eaux de tout le monde est venu affecter la fertilité masculine, le rendre compliqué la procréation chez les personnes touchées.

Selon une enquête britannique a maintenant ces soupçons sont devenus réalité. Plus précisément, nous avons voulu observer l’effet de certains agents chimiques sur le poisson. Il a été noté que les premiers résultats ont conduit à un blocage de la production de testostérone, par le fonctionnement des agents chimiques tels que les anti-androgènes, c’est à dire « femminizzavano » les poissons mâles, en favorisant la prolifération de la femelle, et donnant lieu au premier cas de la soi-disant « poisson transsexuels », qui est, ces poissons qui changent de sexe à cause de la pollution.

La recherche a été menée conjointement par les Universités de Brunel, Exeter et de la Lecture, en collaboration avec le Centre pour l’Écologie et l’Hydrologie, avec la contribution du Conseil national pour la recherche environnementale, et a été publiée dans la revue Environmental Health Perspectives. Selon ces chercheurs, l’un des facteurs qui alimentent cette anti-masculinité dans les gaz d’échappement de sexe féminin, les hormones contenues dans la pilule contraceptive, comme de se retrouver dans la chaîne alimentaire, est venu pour le poisson, qui perdent leur capacité à créer de la testostérone, et comme un résultat, ils ont eu des difficultés à procréer.

De la mer à l’assiette, puis le saut est court. Le risque est que les êtres humains sont en cause, étant donné que l’alimentation sur les poissons contaminés, peuvent affecter votre système hormonal, ce qui serait dans le même bloc de la testostérone, à la fin du cycle, l’homme de moins en moins fertiles. Le dernier indice constaté par les scientifiques est la soi-disant Tds (en anglais « Syndrome de dysgénésie du testicule »), qui est un trouble du développement du fœtus due à l’apparition de diverses conditions environnementales, y compris la première de toutes les pollutions. Maintenant, l’étude se concentrera plus sur les sources, parce que ce n’est pas un agent chimique à apporter à ces résultats, mais un mélange tellement toxique qu’il est dangereux de les identifier le plus rapidement possible et d’essayer de le combattre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *