Le mélanome augmente chez les jeunes femmes

Les cas de mélanome, l’un des plus graves et les plus mortelles de cancer de la peau, augmente rapidement chez les jeunes femmes. Sont les résultats alarmants d’une récente recherche américaine menée par une équipe de chercheurs de l’Institut National du Cancer, Division de l’Épidémiologie du Cancer Et de Génétique.

Les chercheurs, dirigés par Mark Purdue, ont identifié une augmentation égale à 50% des cas de mélanome chez les femmes blanches de la race caucasienne, en prenant en compte les données enregistrées entre 1980 et 2004.

C’est une information très importante qui va à souligner le manque d’efficacité des campagnes de prévention et de sensibilisation à la fois à mettre en garde sur les risques graves de l’exposition au soleil.

Selon le rapport de recherche publié le 10 juillet sur l’édition en ligne du Journal of Investigative Dermatology, le nombre de cas de mélanome a augmenté de 9,4 pour 100 000 habitants en 1980, à la de 13,9 100 000 habitants en 2004.

Les données soulève des préoccupations majeures est que l’augmentation de l’incidence du cancer de la peau se rapporte à la jeune femme. L’équipe de Purdue a en fait pris en considération pour l’étude des individus, femmes et hommes, entre les âges de 15 et 39 ans. Les jeunes hommes, heureusement, pas affectée par l’augmentation des cas, ce qui augure bien pour l’avenir, des experts dans une diminution du pourcentage de mélanome, même pour les hommes plus âgés. L’augmentation du nombre de cas chez les femmes, les jeunes quittent, au lieu de cela, prévoir que les prévisions sont moins optimistes, car elle aura une incidence négative sur le développement de cancer de la peau chez les femmes matures.

En dépit de l’étude se réfère à la population de l’u.s., des recherches similaires menées en Australie ont rapporté des résultats similaires. Une cloche d’alarme, avec l’arrivée de l’été, qui pousse les experts pour conseiller les jeunes de ne pas se sentir à l’abri du risque de mélanome par la protection de la plupart de leur peau pendant l’exposition au soleil et en évitant de bronzage sauvage. Selon le dr. Jeffrey C. Salomon, spécialisé en chirurgie plastique à l’Université de Yale School of Medicine, est recommandé pour les nouvelles générations ne pas s’exposer au soleil sans filtre, de l’UVA. Aussi, un autre important suggestion du médecin, qui pourrait sauver la vie de nombreuses personnes, c’est d’être très prudent avec l’apparition des lésions pigmentaires sur la peau ou sur celle des autres. Souvent sont les symptômes que le mélanome a touché. Trouver rapidement pourrait faire une grande différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *