Les cellules souches enregistrer fille, 6 mois, souffrant de dystrophie rachidienne

Un vrai miracle. La petite Marie, 6 mois, souffrant d’amyotrophie spinale a retrouvé une partie de sa mobilité grâce à une série d’injections par lombaire de cellules souches. C’est un véritable événement si vous pensez au sujet de la nature et de l’issue fatale de la maladie.

L’amyotrophie spinale, connu généralement sous le sigle de SMA1, est une maladie héréditaire de la dégénératives de type. Elle affecte les cellules nerveuses qui partent les nerfs reliés aux muscles, entraînant une destruction progressive et imparable affaiblissement de l’ensemble du système musculaire de l’organisme.

Les symptômes de cette maladie est très invalidante. Nous parlons possible d’étouffement en raison de la progressive des dysfonctionnements et de blocage des muscles respiratoires, de l’incapacité à avaler, et à la paralysie complète. Dans tous les cas, les petits, les patients sont contraints d’augmenter un peu l’espérance de vie, l’utilisation des instruments de la ventilation assistée et des médias pour la nutrition artificielle.

Nous raconter l’histoire de Marie. La petite est sous les soins à la Burlo Garofalo hôpital de Trieste. Comme tous ses pairs touchées par cette maladie, l’enfant est paralysé, et placé sous la stricte observation médicale. Il ya des chances de récupération, ou de guérison.

Il reste un espoir, l’espoir d’un nouveau traitement: l’injection via la région lombaire de cellules souches adultes, connu sous le nom de mésenchymateuses. La petite est soumise à une série de piqûres. Trois semaines après le traitement, les conditions de la vie de Marie semblent être “nettement amélioré”. La jeune fille a, en fait, commencé à avaler le lait, il ne présente pas les signes de suffocation, et la paralysie a régressé en partie: il a commencé à se déplacer avec les membres supérieurs.

Le but de l’intervention était d’arrêter au moins l’évolution de la maladie. Les résultats ont prouvé au-delà de toutes les attentes.

Explique le docteur. Marino Andolina, gestionnaire de l’intervention:

Nous avons été en mesure d’obtenir la ré-émergence de mouvements qui ont été perdus pendant des mois. Nous ne savons pas jusqu’à quel point l’amélioration. Maintenant, il est trop tôt pour parler de la guérison. Nous savons seulement que, certainement, la petite fille n’est pas destiné à mourir de pneumonie “ab ingestis” ou à la paralysie des muscles respiratoires.

Cette forme de dystrophie présente pas de traitement efficace. Les résultats obtenus avec Marie pourrait conduire à la composition de nouveaux protocoles.

Ajoute Andolina:

Trouvé le “miracle” déjà obtenus avec les cellules non différenciées, nous nous attendons à obtenir l’autorisation du Ministère de la Santé de modifier la méthode de culture. Cette première phase de la thérapie, nous donne de précieux temps pour trouver une solution à bureaucratique, ce qui nous permet d’utiliser des cellules souches mésenchymateuses modifié afin de mûrir vers la neuronale.

Il ouvre la voie à un nouvel espoir pour des milliers de jeunes victimes chaque année périr à cause de la maladie.

Articles Connexes:

Dystrophie musculaire de duchenne, l’Asl suppression de l’aide

Lutte contre la dystrophie avec des cellules souches

Source: Le Journal Italien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *