Les Chromosomes pendant la grossesse: les modifications et quelques fois nuisibles

La recherche médicale, en dépit d’avoir fait beaucoup de lumière sur les causes de l’interruption spontanée de la grossesse, n’a pas été complètement clarifié le problème et a opposé la preuve est irréfutable: dans un bon nombre de conceptions est prédestiné à être abandonnée. En fait, il y a un pourcentage de l’avortement dans l’obligation qui est égale à toutes les latitudes de la terre.

Depuis quelques dizaines d’années, les généticiens ont découvert, en fait, qu’un grand nombre d’avortements est porteur de maladies chromosomiques spontanées, absent est, dans la constitution sur les chromosomes de ses parents et n’existent que dans leurs gamètes. Comment est-ce possible? La curiosité est un push-dessus, et il a été décidé d’aller faire de l’analyse chromosomique des gamètes mâles (spermatozoïdes) et femelle (ovocytes).

C’est une donnée qu’il est en apparence seulement inconfortable: 11% des spermatozoïdes est un résultat, un transporteur d’anomalies chromosomiques, principalement structurelles (les chromosomes avec des morceaux plus ou moins modifiés, et ainsi de suite), et 24% des ovocytes est révélé être le porteur d’anomalies, principalement numériques (chromosomes plus ou moins).

Tout cela doit être considéré comme une maladie, ou a un sens qui est plus caché? Ce qui est certain, c’est que nos gamètes ne sont pas malades, comme la logique voudrait nous le faire croire. Notre ADN n’est pas une molécule qui est inerte, mais dynamique, et qui tend non seulement à se reproduire, mais aussi de se présenter dans l’évolution des formes. La Nature veut que nous soyons tous différents les uns des autres pour une raison très simple: les espèces vivantes, besoin de changer, de modifier, pour garantir la possibilité de surmonter les forces sélectives de la nature.

Si nous sommes génétiquement tout de même, il serait affecté par la même maladie et à succomber, avec aucune chance de survie. Pendant la formation des gamètes a lieu, par conséquent, l’ensemble d’une série de rimodellamenti de la molécule d’ADN. Les tentatives qui ne sont pas utiles pour les espèces sont sélectionnées et rejeté par le biais de la fausse-couche.

Si l’on compare, en effet, les données italiennes avec les normes internationales, vous remarquerez immédiatement que les résultats se recoupent. Cela signifie que l’indice de l’avortement en raison d’anomalies chromosomiques est la même pour tous. Et il ne pouvait en être autrement, vu que la nature a établi un taux fixe de variations des chromosomes, les gamètes. Ce taux fixe est appelé le « Fardeau de la Cytogénétique » ce qui, traduit dans notre langue, signifie « le Fardeau de la Cytogénétique ». Si nous voulons reproduire, alors, nous devons, contre notre volonté, à transporter et à porter ce poids sur vos épaules ou, pour le dire en d’autres termes, nous avons besoin d’accepter absolument payer cet engagement ou obligation de la vie.

En effet, il n’est pas possible d’échapper à cette sélection. Nos grands-mères avaient tout prévu, si bien que leur commentaire est adressé à ceux qui aspirent à devenir mères, triste pour l’échec de la reproduction, il a été quelque peu réconfortant: les invités à être heureux pour échapper à un danger, parce qu’il pensait que la nature avait évité de leurs troubles. L’encouragement de commencer immédiatement une nouvelle gestation était automatique.

Aujourd’hui, cette sagesse antique a une possibilité importante de la vérification scientifique, à travers l’analyse des chromosomes de la avortée produit, qui est capable de mettre un talus, en apportant des réponses précises à la comprensibilissime angoisses du couple après un événement traumatisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *