Les pères avant l’âge de 40 ans après la fécondité à risque

Passé la trentaine, les femmes semblent avoir à tout prix pour faire face à l’horloge biologique qui veut des épouses et des mères en vaut pas la possibilité de combiner ni l’un ni l’autre chose. Mais aussi, de nos jours messieurs pourraient faire face à l’implacable tic-tac de l’horloge biologique. Le journal britannique the Guardian a, en fait, a déclaré hier le résultat d’une étude du Centre pour la Fécondation Artificielle » d’Eylau, qui sera bientôt publié sur le journal en ligne de la RBM.

Étude montrent que la qualité du sperme commence à diminuer chez les hommes âgés de 35 ans et plus, en augmentant considérablement la probabilité de rencontrer une interruption de grossesse non désirée, au-delà de l’âge de leur partenaire. Selon l’étude, le pourcentage de fausse couche avec des pères qui ont adopté la « porte » d’un montant de 33%, presque le double de la norme de 16,7% enregistré par l’30-34enni.

Les données sont le résultat d’une recherche sur les 12 mille paires soignés au centre de Paris, entre 2002 et 2006. Jacques de Mouzon, un co-auteur de la recherche, affirme qu’il sera de plus en plus rare de trouver un homme qui, dans l’imaginaire collectif peut devenir le père jusqu’à l’âge de 90 ans: pour le chercheur, « il est essentiel de devenir pères avant 40-45 ans » parce que « les anomalies génétiques qui sont contenus dans le sperme du mâle augmentation avec le passage de l’année ».

Laisser un commentaire