Les troubles psychosomatiques

Plus de 30% des patients se tourne vers le médecin de famille pour des questions qui n’ont pas de cause organique. Troubles chroniques sont classés comme fonctionnelle des problèmes digestifs ou respiratoires, des douleurs articulaires, des maux de tête – que conduire à des visites de spécialistes, les examens sur examens à tout, sans trouver une solution. En termes généraux, les maladies psychosomatiques sont ces conditions pathologiques qui peuvent être considérés comme des maladies réel et mettant en cause des dommages organique, la cause (ou aggravée) par des facteurs émotionnels.

La maladie est psychosomatique, il se manifeste sur le plan physique, mais elle est causée, déclenché ou aggravé par des facteurs psychologiques. De nombreux troubles psychosomatiques proviennent du niveau de la multifactorielle, c’est à dire ne se manifestent qu’en présence de plusieurs facteurs qui agissent ensemble. Une approche thérapeutique efficace, doit donc tenir compte de tous ces facteurs. Il arrive souvent que l’aspect psychologique se pose parce que seuls les symptômes se manifestent au niveau physique et ni le médecin, ni le patient, suspect d’autres causes.

Les soupçons peuvent survenir lorsque les tests cliniques continuent d’être négatifs, ou lorsque le traitement médicamenteux, si elle est bien menée, ne produit pas d’effets à long terme. Les symptômes seront de plus en plus détaché de la situation, l’émotionnel et la personne qui en souffre n’acceptera pas facilement l’hypothèse que, pour libérer ses problèmes physiques, est une distance « conflit intrapsychique », une expérience émotionnelle mal digéré, ou un sentiment enfoui au plus profond.

Résultat: de plus en plus ceux qui dépensent des milliers d’euros dans la recherche d’un diagnostic, au risque de tomber malade imaginaire, de ne pas obtenir la reconnaissance, ou d’avoir le diagnostic d’un problème, parfois réel (par l’ouverture d’une enquête sur le tapis, vous pouvez trouver quelque chose qui ne devrait pas l’être!) mais cela ne résout pas le trouble. La solution? Remplacer l’idée de la maladie avec celle de la « vulnérabilité », et d’inclure les variables psychosomatiques dans le processus de l’évaluation clinique. En d’autres termes, à écouter le patient avant de prescrire des visites de spécialistes ou de médicaments.

Pour plus d’informations sur le sujet http://www.ipnosiedolore.it/public/autore-danzieri.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *