Sla, le robot se traduit par des pensées en actions

sla robot italiano traduce pensieri azioniPour une personne qui souffre de la Sla, la sclérose latérale amyotrophique, ont la possibilité de continuer à communiquer et à être en mesure d’accomplir des actions pour avoir une vie de tous les jours que possible de la normale pourrait bientôt ne plus être une chimère. Un groupe de chercheurs, dirigée par Febo Cincotti Fondazione Santa Lucia IRCCS à Rome, a créé un prototype de robot capable de transformer les pensées en actes et en paroles.

Rappelez-vous, c’est une première “version” d’une pièce de machine qui nécessitera certainement des “ajustements”, mais qui représente déjà un valide “interface cerveau-ordinateur” à travers lequel les personnes vivant avec la Sla souffrent d’un stade sévère de handicap ( affectée au point de ne pas être capable de bouger les yeux,non.d.r) sera en mesure de communiquer.

Le projet a été financé par le AriSLA de la Fondation pour la recherche sur la SLA, avec la contribution de AISLA, Association italienne de la Sclérose Latérale Amyotrophique. Le nom de ce prototype est “Brindisys” et par rapport aux modèles précédents de la même type d’assez complexe à utiliser et nécessitent de l’assistance technique (ainsi que de très volumineux, pas de.d.r.), ce dernier est non seulement complètement “non invasive”, mais c’est tellement facile à utiliser qui s’adapte aux besoins de chaque patient.

Au niveau technique, est équipé d’un processeur, d’une télécommande similaire à ceux utilisés à l’intérieur de lecteurs DVD et c’est grâce à ce qui est capable de “capter” l’intention de l’utilisateur à partir d’un examen de son signal elettroencefalografico sans être derrière un ordinateur puissant. Le patient communique avec le robot par l’intermédiaire d’un casque à électrodes appelées à détecter la commande par le potentiel électrique est produite par le cerveau. Ici, le “message” est transmise au lecteur et connectée, la tablette, et puis la dernière action de la partie.

Explique le docteur. Febo Cincotti:

Le projet est né avec l’objectif de réaliser un système d’aide qui comprend une interface cerveau-ordinateur simple, incorporé dans une machine indépendante sans avoir besoin d’un ordinateur personnel. D’autres dispositifs similaires ont été mis au point au fil des années, mais aucun n’a été conçu pour répondre aux besoins des personnes atteintes de la SLA, qui varie en fonction de la progression de la maladie. Depuis le début du projet, notre objectif était d’identifier leurs besoins spécifiques, et de les impliquer dans le système de validation pour confirmer que nous nous dirigeons dans la bonne direction.

C’est un projet de recherche, et avant même l’utiliser sur les patients, vous aurez besoin de continuer à travailler sur elle. La prochaine étape sera de vérifier les opinions de ceux qui sont en train d’expérimenter avec la machine dans cette première phase. En fonction de leurs réponses aux chercheurs, elle paie alors les nouvelles modifications du prototype.

Articles Connexes:

Sla, la carte

Sla, a découvert la cause: le dépistage, les nouveaux traitements

Irccs Santa Lucia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *